Forum

Faurum

remédiation orthophonique  

  RSS
chevalier
(@chevalier)
Membre estimable

d'après vous quelles qualités doit avoir un suivi orthophonique pour aider un enfant dys?

sur quels domaines ou difficultés doit il se centrer pour être efficace?

de quelle façon doit -il travailler ces difficultés?

doit il y avoir un bilan transmis aux parents à la fin d'une prise en charge?

Un enfant dys est encore en difficulté en lecture après son CP/CE1. L'école au CE2 ne propose en général plus aucune révision de sons, le temps de lecture oral contrôle est excessivement réduit, est-ce que les orthophonistes prennent alors le relai de la consolidation de la lecture? et du passage à l'écrit??

Quote
Posté : 11/01/2014 12:44
Dref
 Dref
(@Dref)
Membre éminent

Chevalier ! Quel plaisir de te lire !

Je réponds à tes questions, bien que mn fils ne soit plus en suivi ortho depuis plusieurs années.

Je ne suis pas apte à répondre aux questions sur les techniques ou les domaines sur lesquels un ortho doit intervenir. Mais sur les qualités requises dans les relations avec l'enfant et la famille, ça oui !

Il faut que l'orthophoniste communique et explique ce qu'il fait, la démarche, les étapes présentes et futures, l'avancée, le cheminement, voire même les renoncements momentanés. C'est fondamental, parce que nous, pauvres parents, nous ne comprenons pas si on ne nous explique pas.

Et c'est aussi important pour l'enfant, ce qui ne semble pas toujours évident pour les orthos, un comble selon moi !

Je prends un exemple : quand dans le travail l'ortho demandait à mon fils d'écrire toutes les syllabes qu'i entendait, et que ça donnait un long fil de lettres non coupées en mots, du genre "lanfanépar tialé colen retar", si l'ortho n'explique pas le processus, on est forcément effrayés, parce qu'on voit cette étape comme une régression par rapport à un écrit du genre "lenfan é par a léclo an tar". Mais le but est que l'enfant écrive toutes les syllabes, puis viendra le temps de remettre du sens et de couper les mots. Mais il faut l'expliquer et à l'enfant, et aux parents... pour qu'on puisse le dire à l'instit, au passage… 

Il faut bien sûr que les orthos travaillent les sons, puisque l'école passe vvite à autre chose ! Pour la lecture, l'ortho de mon fils nous a dit qu'en CM1, elle estimait qu'il savait déchiffrer correctement, mais elle n'a arrêté la lecture avec lui qu'en seconde… 

Pour l'écrit, il n'a pas eu trop de difficultés, hormis l'orthographe. Il a toutefois utilisé un ordi dès le collège.

Fred

RépondreQuote
Posté : 11/01/2014 11:12
papyoon
(@papyoon)
Membre de bonne réputation

Bonjour

à mon sens l'Orthophoniste est là pour repérer ou lenfant ne comprend pas/ne repere pas les sons,

et doit lui montrer ses sons autrement pour l'aider à les reconnaitre

par le biais de jeux et idées memeotechniques, tout en lui montrant qu'il peut y arriver,

tout ça dans un bain de ai confiance en toi.

Le bilan devrait etre plus frequent à mon sens cest a dire que par exemple chaque trimestre lortho devrait envoyer un petit mail aux parents leur indiquant ou il en est de son travail avec lenfant 'quelles difficultes sont travaillés de quelle façon, ce qui evolue positivement ou pas et chercher ou ca bloque pour evoluer autrement en cherchabnt des solutions ensemble).

pour la consolidation de lecutre oui lortho a un role essentiel en tant qu'aidant professionel sur lequel lenfant sappuie, quand à lecriture je ne sais pas cest tellement douloureux pour notre enfzant que jai personnellement voté pour ne pas du tout chercher à remedier mais plutot à compenser.

' Rien n'est dans l'esprit
qui ne soit entré par les sens'
Aristote.

RépondreQuote
Posté : 11/01/2014 2:57
chevalier
(@chevalier)
Membre estimable

Bonjour Dref et Papyoon

oui, je me pose des questions car je m'interroge sur plusieurs suivis orthophoniques de mes élèves: pas de bilan retransmis aux parents, arrêt sans bilan ou

on me demande si l'orthophonie doit poursuivre ou pas. :#

Concernant le mode de travail, cela semble être essentiellement travail sur ordinateur.

Pour la remédiation, elle est souvent basée essentiellement sur les confusions de sons mais sans révision systématique des sons non acquis.

encore un autre exemple, un enfant de CE2, qui n'a pas acquis toutes les graphies de sons à l'écrit et fait beaucoup de confusions, uniquement travail oral, pas d'écrit, et elle prévoit de se tourner vers le logico-maths sans encore aborder le travail écrit.

Je suis très perplexe 😕

N'y a -t-il pas de protocole d'approche de la remédiation de la dyslexie, un fil conducteur qui permet de prévoir une progression et des incontournables??

RépondreQuote
Posté : 12/01/2014 9:25
gene
 gene
(@gene)
Membre célèbre

Contente de te lire Chevalier.

Théoriquement il doit y avoir un bilan écrit toute les 50 séances soit environ tout les 18 mois pour une prise en charge d'une séance par semaine.

Minimum un bilan de départ pour répondre à l'ordonnance du médecin prescripteur et un courrier de fin pour noter le travail effectué et les progrès sur les items travaillé, âge de lecture, etc...

Le médecin prescripteur, ou le neuro qui suit l'enfant devrait davantage suivre le travail de rééducation qu'il demande. Mais dans ces professions personne n'empiète sur le travail du confrère.

C'est donc au famille d'être vigilante et de se tenir au courant du travail en rééducation, voir de jouer les coordonnateur.

Au bout de 50 séances, une nouvelle ordonnance est nécessaire et le processus reprend.

Pour les enfants dys+++ il y a tellement d'urgence qu'il n'est pas toujours facile d'organiser le travail de rééducation.

Les ortho spécialisés sur le langage pragmatique son rare, mais un vrai travail serait nécessaire de ce coté pour nombre de dys sévère ou dys atypique.

GENE

Message édité par : gene / 13-01-2014 12:58

RépondreQuote
Posté : 13/01/2014 1:57
chevalier
(@chevalier)
Membre estimable

Bonjour Gene,

contente de discuter avec vous tous moi aussi.

Oui, probablement que les bilans ont été envoyés au médecin prescripteur, et que les familles ne pensent pas à réclamer le bilan écrit,

mais je trouve dommage que certaines ortho ne prennent pas assez le temps de l'évoquer en fin de prise en charge.

Ce qui me gène aussi , c'est que parfois la fin de la rééducation était prématurée, j'ai plusieurs cas de dysorthographie sévère, et qu'ensuite quand il faut reprendre, entre convaincre les familles et avoir un créneau de libre chez une ortho , eh bien, cela devient oh combien compliqué et on perd un temps précieux. 🙁

RépondreQuote
Posté : 13/01/2014 9:03
gene
 gene
(@gene)
Membre célèbre

On en revient au problème économique, le bilan ortho n'est pas pris en charge par la sécu, il représente pourtant 4 séances, donc beaucoup d'ortho lésine de ce coté là.

La paperasserie tue l'humain et la qualité des prise en charge.

GENE

RépondreQuote
Posté : 13/01/2014 9:51
chevalier
(@chevalier)
Membre estimable

Je comprends mieux, mais tout de même comment peut-on arrêter une prise en charge sans bilan???

c'est l'évaluation qui permet de savoir si on atteint les objectifs ou pas.

sans évaluation et sans synthèse de celle -ci, on est forcément dans le flou et dans une impression subjective.

je reste vraiment perplexe face à ce fonctionnement. :#

RépondreQuote
Posté : 14/01/2014 12:16
Dref
 Dref
(@Dref)
Membre éminent

Nous on a arrêté sans bilan formel, en fin de la première, après le bac de français. mais l'accompagnement était en place avec cette ortho depuis le CE1 ! La séance d'au-revoir a été riche d'émotions, mais c'est une situation bien différente de celle que tu évoques, Chevalier !

Si les familles ne réclament pas les bilans à ces ortho pour le moins légers, on reste forcément dans l'imprécision, dans le subjectif et les supputations… Le médecin traitant devrait pouvoir demander ces bilans ?

Fred

RépondreQuote
Posté : 14/01/2014 7:57
gene
 gene
(@gene)
Membre célèbre

En médecine, des tas d'examens sont prescrits, plus ou moins bien fait en suivant des protocoles, mais s'il n'y a personne pour les lire et les interpréter, ils ne servent à rien.

L'ortho de mes filles, fait des comptes rendu écrit intermédiaire pour les équipes éducatives ou autres à ma demande, elle y note le travail en court, les progrès, et les points faibles.

Elle le fait donc sur demande, afin de ne pas gaspiller son énergie inutilement à faire des doc qui ne seront ni lu ni interprété.

C'est donc au parent d'établir un contact utile pour faire le lien entre les pros.

GENE

RépondreQuote
Posté : 14/01/2014 2:00
Share:

Veuillez Connexion ou Inscription