Forum

Faurum

comment apprendre l...
 
Notifications
Clear all

comment apprendre l'anglais?  

Page 2 / 2
elauvity
(@elauvity)
Membre éminent

Bonjour je suis dys sévère et pour ma part l'anglais c'est très dur parce ce que il y'a plu de 1000 phonème alors pour un dys c'est presque impossible en 6 eme sa allait l'anglais mais dès la 5 eme c'est plus dur et c'est pour je pense qu'il ne faut pas trop le brusquer sinon il va décrocher sache si dans un année vous voyez qu'il arrive toujours pas maintenant il y a une lois pour que l'enfant soit dispense d'anglais . Vous inquiet pas il peut arrive 😉

Ps mois je suis en 4 eme

RépondreQuote
Posté : 02/10/2015 10:22
elauvity
(@elauvity)
Membre éminent

OUI Article D112-1-1 du Code de l'Éducation - Les élèves disposant d'un projet personnalisé de scolarisation élaboré dans les conditions définies à l'article L. 112-2 peuvent être dispensés d'un ou de plusieurs enseignements lorsqu'il n'est pas possible de leur rendre ces enseignements accessibles en raison de leur handicap.

La décision est prise par le recteur d'académie ou, dans le cas de l'enseignement agricole, par le directeur régional de l'alimentation, après avoir recueilli l'accord écrit de l'élève majeur ou, s'il est mineur, de ses parents ou de son responsable légal, lesquels sont informés des conséquences de cette décision sur le parcours de formation de l'élève.

Les dispenses d'enseignement ne créent pas de droit à bénéficier d'une dispense des épreuves d'examens et concours correspondantes.

RépondreQuote
Posté : 07/10/2015 10:11
Milady
(@Milady)
Membre estimable

ccou

bon EThan à tous le smots à revoir du cahier poru le vendredi de la rentrée, que me conseillez vous d efaire ? comment travailler ?

en faire un petit peu tous les jours ?

RépondreQuote
Posté : 18/10/2015 11:31
Adrienad2
(@adrienad2)
Nouveau membre

Pour rester motiver à apprendre l’anglais il faut s’intéresser aux choses qu’on aime.

Malheureusement parfois il y a des profs qui n’arrivent pas à transmettre les connaissances correctement et peuvent changer notre point de vue sur une matière.

 

Il y a quelques années lorsque internet n’était pas aussi répandu nous avons beaucoup d’espoir sur l’enseignement scolaire et lorsque l’on n’arrivait pas à suivre le rythme ou que l’on avait un professeur qui n’arrivait pas à transmettre sa passion cela pouvait impacter l’apprentissage d’un ou des élèves.

 

Mais maintenant avec internet vous pouvez changer la donne. Vous n’avez pas compris quelque chose en cours ? Pas besoin d’attendre le prochain cours de Mr ou Mme X pour lui demander la solution. Une simple recherche sur internet et vous aurez la réponse.

Vous trouverez bien un article ou une vidéo sur Youtube qui vous donnera des réponses.

Ce que je veux dire par là, c’est que le savoir ne réside plus seulement dans les livres et dans les salles de cours.

 

Pour ce qui est de la perte de motivation je pense qu’il faut utiliser sa passion pour apprendre au travers. Je m’explique.

 

Si votre enfant aime le foot, le cheval, le judo, les voitures etc. dirigez le vers des ressources anglophones sur le sujet. Abonné le/la à un magazine anglais qui traite du sujet, vous pouvez consulter des articles en ligne ou regarder des vidéos sur Youtube avec les sous-titres. Posez lui des questions, Demandez lui comment on dit : Ballon ? Cheval ? Camion ? Il faut essayer d’attiser sa curiosité sur son sujet. Ainsi il/elle fera ses propres recherches et retiendra mieux les nouveaux mots et expressions.

Si vous avez un manque de motivation pour apprendre l’anglais sur cet article vous trouverez 7 bonnes raisons d’apprendre l’anglais http://debuterlanglais.com/apprendre-l-anglais-bonnes-raisons/

 

See you.

This post was modified Il y a 3 ans by Adrienad2
RépondreQuote
Posté : 25/09/2018 11:30
Apedys-admin
(@apedys-admin)
Membre Admin

Parfois pour quelques élèves à troubles sévères (dysphasie, multi dys) l'accès aux langues est impossible. C'est le rééducateur qui le signifie. Et, il est alors possible (mais pas facile) d'obtenir une dispense de langue : deux axes  : en scolarité et /ou à l'examen.

Pour beaucoup de dys l'accès aux langues est difficile. Mais garder de petits objectifs précis reste un moyen de rester motivé.

Ce n'est pas grave d'avoir de mauvaises notes. L'élève n'est pas le reflet de sa note;

Il est possible de demander des aménagements (les écrire et les signer dans un document) :

- être évalué plus souvent à l'oral qu'à l'écrit en cas de dyslexie, ou plus à l'écrit qu'à l'oral (dyphasie)

- c'est à dire rendre ses réponses sur dictaphone ou sur ordinateur (accessoire/enregistreur vocal)

- mettre l'accent sur les PPC (Prise de Parole en Continu). Le choix d'un sujet (réutilisable donc très commun) sera déterminant

- à l'examen bac pro ou général il sera possible de demander comme aménagement (à condition d'avoir le bilan le justifiant, les solutions appliquées au quotidien en classe ) de passer les langues en compétence orale ou en compétence écrite.

QUE TRAVAILLER EN LANGUES ?

  • CHOISIR de miser sur compétence orale ? Compétence écrite ?
  • Ce qui aide si on garde les 2 compétences  : associer 3 éléments : mot oral (prononciation), mot écrit et traduction
  • abuser des text to speech (logiciel type balabolka) mais vérifier l’orthographe des mots : le logiciel me lit mes énoncés, mes fiches de vocabulaire, mes textes à préparer.
  • écouter dans la langue apprise ses dessins animés ou vidéos préférés (accompagnement parental souhaité)
  • jouer l’immersion dans le pays ou ds des familles anglaises en France
  •  s'inscrire pour des conversations anglaises par téléphone avec des natifs de la langue (le téléphone permet d’oser parfois)
  • copier si possible ce que proposent les onéreuses écoles de langue pour les plus grands :  des batteries d’exercices à renouveler jusqu’à l'apprentissage de la notion, ensuite la validation avec un tiers de cette notion (voir si le parent peut) et  des conversations sur divers thèmes
  • inviter un étudiant  à la maison pour des repas en conversation anglaise ou espagnole (ou un étudiant au pair ?)

    Pour éviter de RENONCER, à chaque fois que possible je propose aux familles de travailler sur l’estime de soi de chacun. 

    questions pour l'élève :

    - des difficultés tu en as déjà surmonté beaucoup, penses tu possible de te remotiver avec les pistes ci dessus ?

    - ce n'est pas grave la note, les difficultés ou les appréciations,  ce qui est important c'est de rester centré sur une progression : et tu as obligatoirement une marge de progression possible sans de donner des objectifs démesurés. Qu'en penses tu ?

    Questions pour le parent :

    - comment faire vivre dans votre regard de parent des réussites et des valorisations (pas forcément scolaires mais réelles et crédibles) ? car s'il se sent vivre des réussites et des valorisations dans votre regard, il devrait pouvoir s'accrocher.

    - comment travailler en tant qu'adulte sur l'acceptation profonde d'un parcours difficile pour votre enfant (afin que votre éventuelle colère ou votre tristesse ou votre déception ou vos commentaires n'influent pas sur lui... Le but étant de ne pas être réactif aux notes basses, aux appréciations… de ne pas polluer la relation avec le jeune parce que ces années de difficultés et d’incertitudes nous inquiètent ?)

     

    Témoignage : un étudiant rencontré récemment a été en grande difficulté scolaire toute sa scolarité (commissions de redoublement et “remise” en cause du projet  très fréquentes). Il a lu (déchiffrage) en CM1. Il a traversé les années collège et lycée avec des notes "pitoyables" en anglais et italien .

Son projet était de travailler en informatique.

Pour le bac il a inversé sa LV2 en LV1  ce qui n’est pas facile du tout, mais son niveau d’italien lui a permis d’obtenir quelques  points.

Il lui était impossible de dire une seule phrase en anglais (seules ses PPC Prises de Parole en Continu apprises par coeur lui permettait de “survivre” dans quelques contrôles)

Mais s’il n’avait pas eu de validation de note en anglais (et les notes étaient alors pour lui très inférieures à la moyenne), il n’aurait pas pu entrer en DUT puis en école d’ingénieur. Il perçoit fort bien que c'est le travail d'acceptation de ses  parents et l'accompagnement sur l'estime de soi, sur la valorisation fréquente de ses points forts qui a rendu le parcours possible.

Aujourd’hui, il tient des réunions en anglais (grâce à sa ténacité et à son travail en alternance dans une entreprise internationale réalisant les réunions en anglais).

Tout le monde n'a pas ce projet d’orientation, ce qui est important pour chacun c'est d'être à une  place de préférence choisie. Mais il y a tellement de parcours dans lesquels les langues sont nécessaires...

 

RépondreQuote
Posté : 26/09/2018 10:32
sducros
(@sducros)
Membre de bonne réputation

Pour mon fils qui est cette année en 3ème l'anglais et l'espagnol sont devenus compliqué.

De la 6ème à la 4ème, il a eu une prof qui certes ne faisait pas des cours toujours très clairs (j'étais obligé de remettre au propre les cours avec surlignage de ce qui est important) mais qui avait adapté les évaluations à son handicap : nombre de questions adaptés, évaluations orales (il allait avec son avs au CDI pendant l'évaluation et cela ce faisait à l'oral,  retranscrit à l'écrit), il s'en sortait avec 9 ou 10 de moyenne.

Cette année, il a une prof qui lui a mis déjà 2 fois 0 et un 4 sur 20, il n'y a aucune adaptation et elle lui compte faux dès qu'une réponse n'est pas complète (exemple : il a répondu "the top" au lieu de "at the top", c'est faux donc 0). On est pas rendu à la fin de l'année.

Pour l'espagnol, ce sera le même combat, ils ont une prof qui vient direct d'Espagne et quand je vois les premiers cours (une trentaine de mot à apprendre la veille pour le lendemain, des pages entières de conjugaison et des évaluations surprises. les notes ne vont pas être super.

Nous avons une rencontre pour les aménagements du brevet, je vais voir pour une dispense en langue, si c'est possible.  Je trouve que les dys ont beaucoup de difficultés en langue et que les profs ont bien du mal à comprendre et à s'adapter. Mon fils ne se démoralise pas et ne veut pas arrêter les cours d'anglais et d'espagnol mais je ne veux pas qu'il soit défavoriser pour le brevet.

RépondreQuote
Posté : 08/10/2018 2:55
Page 2 / 2
Share: