Forum

Faurum

Avis sur associatio...
 
Notifications
Clear all

Avis sur association Dys Positif  

Emmaperl
(@emmaperl)
Nouveau membre

je cherche pour ma fille dyslexique un soutien scolaire à domicile , elle est en 6eme et j'ai trouvé l'association Dys Positif, est ce que quelque un a deja essayé leurs services?, ils sont unqiuement dans le sud et je me demande comment ils font pour recruté (nous habitons dans le 92)

This topic was modified Il y a 3 ans by Emmaperl
Quote
Topic starter Posté : 30/09/2018 2:19
mamAG
(@mamag)
Nouveau membre

 

Il existe des besoins d’aide de différentes natures à apporter aux dys et aux familles.

La solution que vous proposez a le mérite d’exister. Je globalise cette réponse à tous les sites de soutien scolaire et d’enseignants particuliers.

Ce choix a un coût (comme beaucoup de solutions toutes faites). Mais les contenus de cours  sont clairs sur certains de  ces sites, m’ont confié certaines familles. Et quand il vous est proposé sur ces sites une guidance parentale (vérifiez le coût)….

Nous ne connaissons pas trop cette méthode en particulier, mais cela ressemble tellement à du travail supplémentaire que cela nous appelle à la prudence quand beaucoup de nos enfants ont déjà des rééducations à assumer. Je rappelle aussi, qu’être dys c’est très souvent être dans les années scolaires, dans une course permanente pour tenter d’être au niveau attendu dans les matières sur lesquelles l’élève est « touché ».

Sur certains de ces sites en ligne, il est parfois annoncé, qu’après ce suivi (parfois plutôt onéreux), l’élève sera un bon lecteur ou n’aura plus de difficultés de math (n’est-ce pas typiquement une méconnaissance des troubles dys ?), cela me laisse très songeuse. Mais cela peut convenir à certaines familles, parce que cela dégage d'un certain travail.

En famille, si nous choisissons de ne pas rajouter encore des cours, nous pouvons aussi nous centrer (en gardant de la légèreté, ET un temps de travail raisonnable) sur les visites de musée (apprendre et mémoriser par l’expérience), ou réaliser des cartes mentales personnelles (travail d’encodage partagé).

Car se centrer sur ce qui est difficile, n’est pas toujours le meilleur moyen de faire avancer ces élèves en difficulté. Faut- il encore et encore travailler les zones difficiles ? (ex : l’orthographe, la grammaire) quand la rééducation n’est pas encore assez efficiente ? Bien sûr, il faut travailler à rester dans des possibilités   de progression qui vont permettre une orientation choisie, mais ne vaut-il pas mieux s’appuyer etnprogresser sur les points forts ? (et des outils spécifiques d’aide et de contournement) que de passer des heures d’efforts inutiles sur certaines  zones de difficulté. D’ailleurs, les « spécialités » du bac ne vont-elle pas permettre cela ? (même si la réflexion ne sera pas simple à mener et que le but restera connaitre ses impossibilités et tenter de rester dans la course)

Ajouter ENCORE du travail à nos dys le soir ou pendant les vacances peut-il se faire par un autre biais, par le plaisir d’apprendre , plus que par rajouter des cours ET AUGMENTER la charge cognitive.

 

 

En ligne nous trouvons des batteries d'exercices (restons raisonnable ds la quantité)

http://www.academie-en-ligne.fr/default.aspx

et sur des sites ludiques bien des rappels des notions à acquérir (si la famille a besoin d’avoir accès à d’indispensables bases ou des exercices.

http://jeu.pedagogique.free.fr/sciences.htm

http://matoumatheux.ac-rennes.fr

et les sites anglais facile, français facile vous propose aussi des bases d’exercices gratuits !

Je trouve que le partage en famille de ces sites ludiques a l’avantage de renforcer les liens à chaque fois que la situation n’est pas crispée.

Cultivons le plaisir d'apprendre autrement (musée jardinage bricolage ....)  Je développe : en faisant les courses on revoit les chiffres, la lecture d’étiquettes… Mais plus que tout : vivre le plaisir d’apprendre, partager des moments clés de l’enfance de ce jeune.

 

Parfois pour les plus grands quand j’ai du conseiller pour rechercher un soutien de quelques heures (pour une notion bien ciblée) j’aime bien proposer de rechercher un étudiant, issu lui aussi d’un parcours dys ou difficultés, et ayant de l’humour auquel on va donner la tâche de faire rire ce jeune en faisant des math, par exemple. Joli défi pour les deux, me semble-t-il ?

 

 

Posez nous des questions précises : nous pouvons y répondre assez souvent ou relanceront sur des réponses coopératives, en privilégiant les solutions raisonnables.

RépondreQuote
Posté : 03/10/2018 4:45
Share: