Forum

Faurum

La dyslexie dans un...
 

La dyslexie dans un couple  

  RSS
sse1507
(@sse1507)
Nouveau membre

 

Bonjour, je vous écrits car j’ai besoin de conseil et de savoir si je suis la seul dans cette situation.

Diagnostique de dyslexie a l’âge de 7 ans, j’ai été suivi pas une orthophoniste en suisse pendant seulement 5 ans car j’ai changer de pays a 13ans. Ma dyslexie est assez légère, donc j’ai réussi a la cacher a l’école, a mes amis et même a l’université (oui, c’est possible d’être dyslexique et avoir un diplôme universitaire). Quand je faisait des erreur de lecture ou écriture, mon excuse étais d'être venu d'un autre pays. J'ai réussi a obtenir mon diplôme avec une bonne moyenne. De retour en suisse avec mon compagnon, j’ai postule comme vendeuse dans un magasin d’une grande enseigne et 1 ans après avec 24 ans, me voici gérante d’un magasin.

Cependant, ma plus grosse difficulté n’est pas seulement au travail, mais aussi a la maison. Depuis que j’ai quittée es cours avec l’orthophoniste, mes parents et ma soeur n’ont plus jamais parler du sujet et on même “oublier” que je suis dyslexique. 

Je me trompe entre la gauche et la droite, mon cerveau pense 2 mais ma bouche dit 4, on me dit lundi et mon cerveau comprend jeudi. Donc imaginer une conversation avec sont compagnon a la afin d’une longue journée de travail, ou le cerveau n’aide pas a tout comprendre. Mon compagnon ne comprend pas ce que c’est la dyslexie, il dit que je ne m’intéresse pas par ce qu’il dit, que je ne me concentre pas voir que je fais exprès pour l’énerver. Que je me trompe que avec lui et que la dyslexie n’est que une excuse et que ça colle plus. Cela suscite plusieurs dispute entre nous et bien sur cela me met mal a laisse, car je se sais que ce n’est pas ma faute mais je pourrais me concentrer un peux plus. Nous sommes ensemble depuis 6 ans et j’ai toujours pas réussi a lui faire comprendre que je ne fais pas expert et que ce n’est pas de ma faute.

Quand je parle avec ma mère, j’ai l’impression qu’elle est aussi dyslexique, du aux erreurs qu’elle fait, mais elle n’as jamais été diagnostiquer. Et ma mère est la seul personne qui comprend et ne rigole pas quand je me trompe sur certaines choses. Par conséquence, ma soeur est l’inverse. Quand je fais des erreurs elle rigoles ou alors ne comprend pas et me regarde comme si j’étais stupide.

Quelqu’un dans la même situation que moi? Que faire pour que mon compagnon soit plus compressive et comprenne que je ne fais pas exprès.

Merci.

Quote
Posté : 04/01/2019 10:30
picokoa4
(@picokoa4)
Nouveau membre

Bonjour Saby,

Je en sais pas si mon témoignage peut vous être utile, je ne suis pas Dyslexique. Par contre mon mari est un dyslexique qui a ignoré jusqu'à près de 45 ans qu'il l'était... Il pensait être un peu limité, un peu "con sur les bords" selon ses mots, malgré un beau parcours dans le supérieur (après avoir galéré++ en primaire et secondaire). C'est lorsque notre deuxième a été diagnostiqué dyslexique sévère et que l'orthophoniste a demandé de quel côté ça venait, qu'il a admis ce que je lui disais depuis déjà longtemps. Et c'est un soulagement, pour lui comme pour moi. 
En pratique, il me fait relire tous ses mails importants et je m'énerve régulièrement parce que je lui sers de rappel d'agenda régulier...

D'après votre témoignage, il me semble que vous devriez en parler calmement avec votre entourage, mettre les choses à plat, peut-être refaire des tests, car même adultes certaines choses peuvent être améliorées (stratégies de compensation à mettre en place) et selon ce que vous dites, il se pourrait qu'il y ait chez vous une part de dysphasie (?) également ?. Si le message ne passe pas, peut-être en parler avec un tiers professionnel qui puisse expliquer à votre conjoint ce que recouvre la dyslexie et en quoi cela vous affecte, car parfois la parole d'un tiers "expert" est plus facile à entendre. C'est important, surtout que si vous avez un jour des enfants il est possible que certains d'entre eux soient également dyslexiques.

Quand à votre famille, même conseil initial, et si votre soeur ne comprend pas, "laissez tomber" en ne vous laissant pas atteindre par les moqueries. Ce n'est pas comme si vous y pouviez quoi que ce soit...

 

Bon courage !

RépondreQuote
Posté : 05/01/2019 1:03
sse1507
(@sse1507)
Nouveau membre

Bonjour,

Ma famille n'est pas une famille qui parle des choses, on fait comme si de rien ne c'était passer et on passe l'éponge. Mais je vais essayer de parler avec eux et avec mon compagnon, surtout car nous pensons avoir des enfants bien sur. 

Merci beaucoup pour votre témoignage et vos conseil. Je vais faire de mon mieux pour les suivre. 

Je me permet juste de vous dire une choses par rapport a votre enfant diagnostique dyslexique. Courage. Je c'est que ce n'est pas facile, mais n'imposer pas de limites. Poussez, mais pas trop non plus, car trop de pression ne fais que d'empirer les choses. 

Chez moi l'orthophoniste m'as énormément aidé, même si je n'aimais pas y allez et j'avais honte, c'est seulement plus tard que j'ai vu tout le bien que cela m'as fait. Et d'un coté, je pense que si j'aurais continuer encore quelques années, se serais encore mieux. 

Merci beaucoup pour votre réponse a mon post et courage a vous aussi. 

 

 

RépondreQuote
Posté : 06/01/2019 5:57
ArmelB
(@ArmelB)
Membre éminent

Bonjour, 

Je pense qu'avant tout vous devriez comprendre ce qu'est la dyslexie pour pouvoir, ensuite, l'expliqué à  votre entourage. 

Je suis moi même dyslexie et je m'en sert quotidiennement au sein de ma famille. Particulièrement dans l'éducation de mes enfants (qui ne sont pas dyslexiques). 

En tant que dyslexique votre mode de pensée doit être basé sur l'image. Aussi, nous pourrions appelé votre manque de concentration par "désorientation". C'est à dire que pendant que l'on vous parle, un ou deux mots de votre interlocuteur ont stimulé des pensées autres que le sujet de conversation. Vous êtes sans doute "partie" dans un "petit film de réflexion" qui très éloigné du sujet.

Une autre possibilité est que dans une conversation (et dans les livres aussi) des mots "conceptuels" sont employés. Un tel mot ne possède pas d'image dans votre cerveau ce qui vous empêche de comprendre correctement le sens de la phrase. De nombreux dyslexiques ne font pas la différence entre "le cheval" et "un cheval". l'image du cheval dans le cerveau reste inchangé avec un "le" ou avec un "un". 

Mon explication est simpliste. Mais si vous vous reconnaissez dedans, de nombreux sujet sont à votre disposition pour approfondir les connaissances.

Cordialement 

ArmelB 

Armel

RépondreQuote
Posté : 06/01/2019 7:19
Trustless
(@trustless)
Nouveau membre

Tout depend de la personne avec qui on est. Si on est avec quelqu un d’egoiste et exigent ca sera difficil... au contraire avec quelqu un de comprehensif et patient tout est beaucoup plus claire. On a toujours ris de moi pour la gauche et la droite . Je dis souvent en rigolant c’est pas de ma faute je suis dyslexique je suis un boulet. Les reactions sont différentes selon la personne qui est en face... avec mon ex c’etait plutot ca a rien a voir avec l’ecriture concentre toi un peu... avec ma nouvelle c’est plutôt non t es pas un boulet ! 

 

Le mieu serait qu’il lise des info sur les dys pour être plus compréhensif. 

RépondreQuote
Posté : 08/01/2019 12:01
sse1507
(@sse1507)
Nouveau membre

Bonjour a tous.

Merci a tous de vos réponses. J'ai lu vos commentaire avec intérêt et je vous remercie de vos opinion et de vos conseils.

 

 

RépondreQuote
Posté : 14/01/2019 10:30
Maben
(@maben)
Nouveau membre

Bien qu'arrivant plusieurs semaines (mois) après la bataille, j'avais envie d'ajouter une ou deux choses.

Pour commencer, je suis dyslexique, ce qui m'a pourri la vie et en particulier ma scolarité (les années 80 n'étaient pas une bonne période pour être affublé de ce handicape...) Parmi mes expériences, j'ai pu faire l'observation suivante : lutter contre sa dyslexie demande pas mal d’énergie, et l'un des facteurs aggravants concerne la confiance en soit (j'ai des souvenirs cuisant de lecture au tableau...). Comme un bègue en situation de stress, plus on subi de pression, plus la dyslexie prend le pas sur nous. Le couple se devrait d'être un havre de bienveillance et on est en droit d'attendre de son partenaire qu'il entende clairement que la dyslexie n'est pas un mot pour justifier une lenteur ou une médiocrité, mais bien un HANDICAPE ! Il est "invisible", certes, mais il est bien là ! Si notre partenaire se met à s’agacer, il serait bon de lui dire que c'est comme se moquer d'une personne aveugle ou en fauteuil roulant.

Sachez que vous pouvez éventuellement vous faire prescrire un "bilan" chez un(e) orthophoniste et amener votre conjoint à la séance de conclusion afin qu'il entende de la bouche d'un professionnel ce qu'est une dyslexie, et ce que cela représente aussi comme souffrance au quotidien.

B.

RépondreQuote
Posté : 11/03/2019 2:32
Share:

Veuillez Connexion ou Inscription