APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
Scolarisation
 

Alors que les examens approchent, de nombreux élèves dyslexiques n'ont pas encore reçu de notification à leurs demandes d‘aménagements.

 

Nous déplorons que ces réponses trop tardives augmentent le stress et l’inquiétude des familles et des jeunes déjà confrontés à tant de difficultés. Elles les privent également du droit de recours possible dans un délai de 2 mois après réception de la notification et les empêchent d’opter en dernière instance pour un recours contentieux en saisissant le tribunal administratif.

 

Nous estimons que ces recours et particulièrement le second ne devraient plus être nécessaires dans notre pays. En effet, longs et fastidieux, ils ne sont pas à la portée de certains parents qui ne les connaissent pas, sont incapables de les rédiger, et n’ont pas les moyens de les financer. Cette fréquente obligation de recours accentue les inégalités sociales et culturelles et est source d’injustice.

 

Cette année encore certains élèves ont vu leurs demandes refusées, pour des aménagements ou des aides dont ils avaient pu bénéficier durant leur scolarité et qui figurent dans le PAP (Plan d’ Accompagnement Personnalisé) ou dans le PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation).

 

D’autres ont été contraints de passer des épreuves sans les aménagements qui leur étaient accordés durant l’année scolaire et auxquels ils ont droit.

 

A cette période de l'année notre Fédération, comme chacune des associations régionales qu’elle regroupe, reçoit de très nombreux appels de familles confrontées à ces différentes situations et nous nous interrogeons sur les raisons du non-respect de la loi de 2005.

 

Nous nous étonnons également des disparités constatées d’une région à l’autre en ce qui concerne les aides et les aménagements : des logiciels sont connus et accordés par certaines académies et refusés par d’autres,

 

Nous avons sur ces différents sujets contactés les Ministères concernés, avec à l’appui des dossiers complets d’élèves pour montrer la réalité de nombreuses familles et demander l’intervention du ministère.

 

Dans un souci d’équité, nous demandons que les besoins éducatifs particuliers des élèves DYS soient davantage pris en compte dans notre système scolaire.

 

Nos associations existent, entre autre, pour affirmer qu’avec des aides adaptées et des aménagements, ces élèves peuvent réussir dans leur scolarité, leurs études supérieures et leurs métiers.

 

Dans un souci d’équité, nous demandons que les besoins éducatifs particuliers des élèves DYS soient davantage pris en compte dans notre système scolaire.

• Nous demandons l’application de la loi de 2005 sur le handicap. Celle-ci autorise les élèves DYS à suivre une scolarité normale, nous pensons que maintenant l’école doit mettre tout en oeuvre pour les aider à réussir.


• Nous demandons également la simplification des démarches administratives, que les dossiers ne soient plus systématiquement à refaire tous les ans ou tous les 2 ans ce qui génère une perte de temps et d'énergie pour tous.


• Nous demandons que les réponses aux demandes arrivent dans un délai laissant aux familles un droit de recours au plus tard fin mars.


• Enfin à l'époque du numérique nous demandons de pouvoir être associés au travail d’élaboration d’une liste de logiciels de compensation la plus complète possible pour pouvoir couvrir les besoins adaptés à chaque élève dys ainsi qu’à la rédaction d’une liste unique d'aménagements. Ces deux listes doivent être communes à toutes les académies de France Métropolitaine et Territoires d’Outre-Mer et proposées aux familles par les chefs d’établissements. Ce travail doit se faire avec un partenariat Education Nationale - Santé - Handicap et les Fédérations d’usagers dys.

 

Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leVendredi 15 juin 2018 @ 09:17:31(1259lus)

Scolarisation

 

Depuis la semaine dernière, l'association BOOKIN a reçu l'agrément du Ministère de la Culture pour distribuer gratuitement à ses adhérents les manuels scolaires au format PDF accessibles par les Dys (pas de connexion internet requise).


Cela signifie que votre enfant pourra, dès la rentrée prochaine faire lire sur son ordinateur par une synthèse vocale (ou en modifiant l'affichage, couleurs, espacements...) tous les textes de ces manuels en utilisant son logiciel de compensation (gratuit ou commercial) habituel, qu'il soit sous Windows, Mac, Android, iOS, voire Linux...


Le site www.bookin.lu vous donnera tous les détails quant aux modalités pratiques d'adhésion (20€) et de commande des manuels (gratuit quelque soit le nombre dans l'année).


Nous insistons sur le fait que les parents ont intérêt à ne pas attendre la rentrée pour faire la demande de livres car le mois de septembre risque d'être très embouteillé .

"Je suis réellement très heureux que cette démarche entreprise il y a 8 ans aboutisse enfin. Toutes les associations ont tiré dans le même sens, et l'Exception Handicap au Droit d'Auteur attribuée par le Ministère de la Culture a permis de décoincer la situation. Encore un paradoxe lorsqu'il s'agit de supports scolaires. Mais l'important, c'est d'y être arrivé" conclut Daniel Girard, président de Bookin.

Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leJeudi 31 mai 2018 @ 20:59:37(8710lus)

Scolarisation

Après les affirmations  de ces quelques jours  (la découverte des taches de Maxwell et l’utilisation de lampes stroboscopiques  qui permettent de “balayer” la dyslexie !), il semblerait selon plusieurs autres chercheurs que les tests de la population dyslexique n’aient pas la rigueur attendue pour une recherche.

Il aurait été essentiel par exemple que les sujets testés bénéficient d’un diagnostic précis (dont un bilan neuropsychologique  faisant état d’un trouble dyslexique et de mesures de vitesse de lecture).

Nous n’avons pas d’indications d’étalonnage d’un trouble précis : déficit visuel, déficit phonologique… (Notons que les troubles phonologiques sont en pourcentage les plus importants).

Donc, après l’emballement médiatique et l’effet d’annonce,  l’état actuel de la recherche ne permet pas de faire consensus sur ces publications.

Ainsi Mme Sylviane VALDOIS (Laboratoire de Psychologie et Neurocognition UGA et Directrice de recherche  CNRS)  nous précise : “tout article qui affirme avoir trouvé LA cause  unique de LA dyslexie est nécessairement dans l'erreur !”

Il faut rester serein, garder raison… et continuer à aider nos dys avec les méthodes traditionnelles.

 

 

lien vers un article critiquant l’effet d’emballement sur cette étude :

http://www.cortex-mag.net/non-on-na-pas-encore-trouve-de-cause-de-la-dyslexie/

Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leLundi 30 octobre 2017 @ 18:45:47(5891lus)

Scolarisation

Aménagement des examens pour les enfants DYS

Comme chaque années les familles sont faces à l'arbitraire de l'éducation national

Avertie au dernier moments les éléves DYS se retrouvent défavorisé au moment de passer leur examen

 

Aménagements d'examen. 202 refus passent mal

Les épreuves du bac et du brevet s'annoncent plus compliquées pour 199 candidats du Finistère qui se sont vu refuser par l'Éducation national


Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leVendredi 16 juin 2017 @ 08:43:56(8545lus)

La communauté des chercheurs

 

 

               Vers une neuroroéducation des apprentissages

 

Introduction

Le cerveau est une machine merveilleuse : il perçoit notre environnement et s’adapte à ses changements, il pense, il code, il décide, il apprend et il mémorise, il gère nos émotions et nos fonctions cognitives, il se trompe et il corrige… Mais, si cette structure biologique a suscité depuis longtemps l’intérêt de milliers de scientifiques, son fonctionnement reste finalement peu connu.

 

Les neurosciences, disciplines dévouées à l’investigation des mystères du système nerveux, occupent, aujourd’hui, une place centrale dans les domaines de la biologie ou de la médecine mais, aussi, au sein de la société.

 

Comprendre le fonctionnement du cerveau, cet organe caché dans sa boîte crânienne, c’est aussi mieux se connaître soi-même.


Amas ordonné et harmonieux de cellules spécialisées, le cerveau a, ainsi, fasciné des centaines de philosophes, sociologues et artistes. Tous les domaines de la connaissance humaine se croisent dans la compréhension des secrets du système nerveux.

 

Depuis les travaux novateurs de Ramón y Cajal, le père des neurosciences modernes, l’étude du cerveau, de ses fonctions et de ses mécanismes complexes est, donc, devenue une priorité et a connu un essor planétaire.

 

 L'exploration scientifique du cerveau remonte à plus d’un siècle avec cette découverte des neurones par Ramón y Cajal (1894) et, si l'on considère que les sciences cognitives sont nées en 1936, avec la machine de Turing, il a fallu attendre le dernier quart du XXe siècle pour que la science dispose enfin des outils et moyens d’analyses et d’investigations qui lui permettent de commencer à comprendre l’organisation et le fonctionnement global de cet extraordinaire organe qu’est le cerveau humain.

 

Il faut signaler l'avancée remarquable qui vient d'être réalisée par des scientifiques américains de l’Université de Washington. Ceux-ci ont réussi à décoder les signaux du cerveau à peu près à la vitesse de perception, via des électrodes placées dans les lobes temporaux de patients (épileptiques). L'analyse des réponses des neurones des patients, à deux types de stimuli visuels, des images de visages et des images de maisons, a permis aux scientifiques de prédire avec 96 % de précision, le type d’images visionnées par les patients (Voir PLOS). Cette étude précise qu’il s’agit de « La première étape vers la réalisation d’une cartographie du cerveau qui permettrait d’identifier en temps réel à quel type d’information un sujet est en train d’accorder son attention ». Autrement dit, ces recherches rendent envisageable la conception d’une machine qui pourrait « lire » dans nos pensées…

 

On voit, donc, que la frontière scientifique et technologique qui sépare le concept de cerveau "réparé" de celui de cerveau « augmenté » s’estompe à mesure qu’apparaissent de nouveaux et puissants outils permettant de combiner des effets physiques, biologiques et chimiques, qui agissent en profondeur sur le fonctionnement de notre cerveau et peuvent en modifier durablement le fonctionnement et les capacités.

 

Face à ces avancées scientifiques vertigineuses dans la connaissance de notre cerveau mais également dans notre capacité d’action sur cet extraordinaire organe, nous devons veiller à ne pas céder à la tentation de mettre en oeuvre de nouvelles et redoutable formes d’eugénisme ou de contrôle social. Mais, si nous parvenons à éviter ces dérives possibles, grâce à un cadre législatif approprié et à une réflexion éthique collective, nous pourrons poursuivre cette exploration exaltante de notre cerveau qui recèle encore bien des mystères. Peut-être atteindrons-nous, alors, le niveau de l’"intelligence planétaire" qui ouvrira à l’Humanité une ère nouvelle ?

 

Ces avancées de la neurobiologie, de la technologie et des sciences cognitives, ouvrent, donc, des perspectives scientifiques et médicales qui auraient été encore inimaginables il y a à peine dix années. Cela dit, devant ces vertigineux progrès de la "neuronique" et alors que nous commençons à réaliser des robots d'une humanité troublante, nous devons, plus que jamais, veiller à ce que ces interfaces bioniques ne puissent jamais être utilisées pour transformer les hommes en robots...!

 

Lire la suite... | 43 257 caractères de plus | 1 Commentaire | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leDimanche 16 avril 2017 @ 20:20:11(10168lus)

A valider Visiteur écrit "

Troubles DYS et difficultés de lectures, de quoi s’agit -il ?


Selon Franck Ramus, docteur en sciences cognitives de l’EHESS et chargé de recherche au CNRS, 1 à 2 enfants par classe souffriraient de troubles dys. Il semble donc important pour les parents, comme pour les enseignants, de comprendre ces troubles afin de les appréhender le plus tôt possible.
 
Les troubles DYS comprennent :
  • Les troubles de la lecture (acquisition du langage écrit) : on parle de dyslexie 
  • Les troubles du développement moteur et de l’écriture : on parle de dyspraxie
  • Les troubles des activités numériques : on parle de dyscalculie.
  • Les troubles du langage oral : on parle de dysphasie.
  • Les troubles de l’attention
 
"
Lire la suite... | 41 022 caractères de plus | 14 Commentaire(s) | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leDimanche 01 janvier 2017 @ 17:01:32(9045lus)

Témoignage Desdamone écrit "

 

 

"
Lire la suite... | 16 650 caractères de plus | 30 Commentaire(s) | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leDimanche 18 décembre 2016 @ 23:25:30(20460lus)

Apedys locales

Sollicités par des familles sur Strasbourg, l’Anapedys souhaite donner un coup de pouce à remettre en route l’association Apedys Alsace qui est en sommeil depuis quelques années.  Il nous est possible d’organiser des réunions d’information sur les troubles dys si vous êtes nombreux à le demander.

 

Si vous êtes d’une manière ou d’une autre concernés par la dyslexie et que ce projet vous intéresse, merci de vous faire connaître en envoyant un mail à la vice-présidente de l’Anapedys (Association Nationale des Associations de Parents d’Enfants DYS) anapedys.vice.presidence@gmail.com nous vous répondrons, ainsi, rapidement.


Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leMercredi 16 novembre 2016 @ 20:46:23(5958lus)

Scolarisation

La dyscalculie est un sujet rarement abordé

Voici un article de The Conversation qui fait le point sur ce trouble

 

http://theconversation.com/nul-en-maths-ce-nest-pas-toujours-de-votre-faute-64996

 

34 Commentaire(s) | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leMardi 11 octobre 2016 @ 21:46:37(24886lus)

Livre

Dans ce livre, Dr Passelaigue relate son histoire et le parcours de son fils mais à travers lui, c’est aux parents qu’elle s’adresse pour leur donner des conseils ou à l’inverse leur signaler les écueils à éviter.

 

 

1  Elle donne l’éventail des signes qui doivent alerter :la confusion entre la droite et la gauche ,le matin et l’Après- midi, la difficulté à apprendre les mots globalement ou le déchiffrage syllabique au CP. L’apprentissage des tables de multiplication peut être aussi un calvaire même en l’absence de dyscalculie. Le dyslexique est souvent aussi assez désorganisé.

 

Face à ces signes, il faut réagir vite et demander un compte rendu écrit à une orthophoniste qui accepte de poser le diagnostic de dyslexie car certaines n’osent pas le faire. Le test à passer est celui de l’Alouette.

 

 

2  Ensuite vient la remédiation par les parents ou un professionnel compétent. Par exemple, fabriquer un cache pour laisser entrevoir seulement le mot à lire, lire des histoires à l’enfant et lui faire lire seulement des mots isolés çà et là. Il faut éviter que l’enfant se fatigue au déchiffrage pour entretenir son goût de lire. Autre remédiation : lire les consignes des énoncés à voix haute. En grande section de maternelle, les maitres peuvent déjà signaler au médecin scolaire les élèves qui ont des difficultés de conscience phonologique( découpage de mots en syllabes)

 

Plus tard, en CE1/CE2,il sera impossible à l’enfant d’analyser les phrases selon les catégories grammaticales à acquérir :les notions de nom, verbe, adjectif seront inconnues d’eux. L’usage de la couleur et des formes différentes  (triangle, rond ,carré pour symboliser les natures) seront alors utiles, c’est ce que suggère Agnès Kettela dans son livre Orthoclé mais Dr Passelaigue ne le mentionne pas dans son ouvrage.

 

Pour faciliter l’apprentissage de l’orthographe et améliorer la dysgraphie, on peut dessiner des lettres sur le dos, pratiquer des exercices sur les sons ( méthode Coué). Les audio livres s’avèrent être très utiles. Pour les rédactions bien sûr, il faut demander une non pénalisation de l’orthographe. L’ordinateur tactile avec stylet et scanner facilitera la conscience phonémique et améliorera cette dernière.

 

Peut surgir la question de changer d’orthophoniste ou d’une prise en charge avec un pédo psychiâtre si l’enfant se décourage.

 

 


3  Administrativement parlant, on peut mettre en place soit un PAP plan d’accompagnement personnalisé soit un PPS

 

Le PAP permet une prise en charge par un orthophoniste pendant le temps scolaire. Le PPS est requis lorsqu’il faut une aide humaine AVS et du matériel adapté ou une dispense d’enseignement. Pour les examens et le tiers temps il faut déposer sa demande à la CDAPH avant la date limite de l’inscription à l’examen. Les aménagements ne seront accordés que si l’élève en a bénéficié lors de sa scolarité.

 

 

 

Des aménagements à demander donc, chaque année, c’est cela le parcours du combattant.

 

Un livre complet qui a le mérite de relater tous les stades de la scolarité, chronologiquement

 


21 Commentaire(s) | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  
Posté par apedys leSamedi 20 août 2016 @ 14:02:07(6954lus)


Page Suivante


Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.0994 seconde(s)