APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
Document divers Parent : La dyslexie plus fréquente chez les garçons que chez les filles

jeudi 29 avril 2004, 16h45

La dyslexie plus fréquente chez les garçons que chez les filles, selon une étude

CHICAGO (AP) - La dyslexie est plus fréquente chez les garçons que chez les filles, selon les résultats d'une nouvelle recherche publiée dans la dernière édition du Journal de l'association de médecine américaine (JAMA).




Ces résultats contredisent les études précédentes selon lesquelles les garçons seraient plus susceptibles d'être diagnostiqués du fait de leur tendance à l'indiscipline scolaire lorsqu'ils sont confrontés à une difficulté.

Les travaux de l'équipe du Dr Michael Rutter, du King's College de Londres, font apparaître que la dyslexie, trouble de l'apprentissage à l'origine d'une anomalie de la lecture caractérisée par une inversion des syllables, touche en réalité deux fois plus souvent les garçons. Des résultats qui devraient inciter les chercheurs à comprendre cette différence.

Pour arriver à ces résultats, Michael Rutter et ses collègues ont analysé les données de quatre études importantes portant au total sur 10.000 enfants britanniques et néo-zélandais qui avaient bénéficié de tests standard de lecture: 18 à 22% des garçons étaient dyslexiques, contre 8 à 13% des filles. Les enfants avaient bénéficié de tests de lecture à des âges très variés, entre 7 et 15 ans.

Pour le Dr Rutter, ces résultats sont importants parce que les enfants n'étaient pas connus pour avoir des difficultés d'apprentissage, un biais retrouvé dans les études précédentes.

Ce résultat divise aujourd'hui la communauté scientifique: selon Sheldon Horowitz, directeur des services professionnels du Centre national des troubles du langage, à Washington, les garçons ne présentent pas nécessairement plus de troubles de la lecture que les filles. En revanche, les problèmes que rencontrent les filles seraient moins répertoriés que les leurs.

"En classe, les garçons qui ont des difficultés sont plus agités que les filles parce que s'agiter est un comportement plus masculin", a-t-il estimé. Les filles, en revanche, sont plus sages et peuvent avoir des compétences à l'oral qui peuvent faire croire, à tort, qu'elles comprennent alors qu'en réalité elles ne comprennent pas.

Les enfants dyslexiques ont une intelligence normale, mais présentent des difficultés de lecture, notamment pour identifier les mots et le son des lettres. Selon Sheldon Horowitz, 80% des trois millions d'enfants américains présentant des troubles de l'apprentissage seraient dyslexiques.

De précédentes données ont suggéré que les cerveaux masculins et féminins ne fonctionnaient pas de la même manière au moment de la lecture, les scientifiques pensant que les filles apprennent à parler plus tôt. Pour Horowitz, il n'existe pas de différence entre les deux sexes pour ce qui concerne la dyslexie. Selon lui, des études sont nécessaires pour savoir si des gènes liés au sexe pourraient expliquer la théorie de Rutter.

Sur le Net:

JAMA:
http://jama.ama-assn.org

National Center for Learning Disabilities:
http://www.ld.org

AP




Posté le Lundi 29 novembre 2004 @ 14:07:35 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 


Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.0925 seconde(s)