APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
Revue de presse Toulouse au centre du projet européen Neurodys sur la dyslexie

 



Un article du site web.ifrance.com (lien vers le site)

 

 

La ville de Toulouse fait partie des principaux sites pilotes du projet de recherche européen Neurodys, lancé cette semaine et visant à mieux comprendre les mécanismes de la dyslexie développementale.

 


D'une durée de trois ans, Neurodys doit permettre de déterminer les origines cognitives, cérébrales et génétiques de ce trouble spécifique de la lecture et de l'écriture très répandu puisqu'il concerne un enfant sur vingt, environ 2,5 millions d'enfants en Europe. Il doit aussi aboutir d'ici 2010 à la plus grande base de données biologiques au monde sur la dyslexie.

 


Ce projet réunit quinze groupes de recherche scientifique et clinique, répartis dans neuf pays de l'UE. Décliné en France sous le nom Genedys, il est conduit par les laboratoires du CNRS, de l'Inserm et de l'Institut Pasteur. Les travaux de l'Inserm seront pilotés depuis Toulouse par Jean-François Démonet, neurologue et directeur de recherches au sein de l'unité 455 de l'Inserm, l'un des six centres référents pour les troubles du langage.

 


"Neurodys est un programme de recherche sur la dyslexie développementale qui doit nous permettre de mesurer la composante génétique de ce handicap et les dysfonctionnements du cerveau qui y correspondent. A Toulouse, nous interviendrons plutôt sur le plan de l'imagerie cérébrale", a-t-il expliqué à l'Associated Press.

 


"Les enfants que nous recrutons pour ce projet vont nous permettre de conduire des examens et de produire des résultats qui serviront à établir des liens entre les anomalies génétiques et cognitives, ceci dans un but préventif. L'objectif est de repérer les enfants souffrant de ce handicap très rapidement et de mettre en place des mesures de rééducation aussi précoces que possible", a ajouté Jean-François Démonet.

 


A Toulouse, cinquante enfants dyslexiques et cinquante enfants témoins, âgés de 8 à 12 ans, seront au total recrutés par l'équipe d'Yves Chaix, neuropédiatre à l'hôpital des enfants Paule-de-Viguier (Purpan) et en charge, dans le cadre de ce projet européen, de collecter et de confronter les données comportementales et neurophysiologiques des participants du CHU de Toulouse.


Les chercheurs estiment que 5% des enfants scolarisés connaissent ce trouble de l'apprentissage, soit 2,5 millions d'enfants en Europe.

 




Posté le Lundi 02 octobre 2006 @ 11:48:12 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 


Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.0559 seconde(s)