APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
Document divers Intervention du Docteur Pollet "Les troubles spécifiques du langage écrit"

 

Les troubles spécifiques du langage écrit

Dr POLLET Marie Pierre

 

 Conférence du 13 avril 2006 organisée par APEDYS RHONE 

 

 



 

Définition de la Dyslexie :

 

C’est un trouble spécifique, durable d’apprentissage de la lecture et d’acquisition de son automatisme chez des enfants intelligents normalement scolarisés indemnes de troubles sensoriels.

 

On retrouve un décalage d’au moins 18 mois à 2 ans entre l’âge de l’enfant et l’âge obtenu au test de lecture standardisé.

 

La dyslexie est souvent associée à une dysorthographie, difficulté d’apprentissage de l’orthographe. Après une rééducation orthophonique, la lecture s’améliore et la dysorthographie passe alors au premier plan.

 

Il existe plusieurs types de dyslexie en fonction de la voie de lecture (phonologique ou lexicale) atteinte /

 

La dyslexie phonologique ou dysphonétique (65%) est liée à une mauvaise conscience phonologique (aptitude à reconnaître et à manier les sons à l’intérieur d’un mot) gênant la voie d’assemblage et les conversions graphophonémiques.

 

La dyslexie de surface ou dyslexie dyséïdétiques (10%) est liée à une anomalie de la stratégie visuelle, un défaut de reconnaissance visuelle globale du mot avec difficulté de stockage de ce dernier.

 

La dyslexie mixte (25%) est une atteinte des deux voies.

 

 

Signes de repérages ?

 

  • lenteur, fatigabilité, troubles de l’attention.
  • écart entre la capacité de compréhension et de réflexion à l’oral et à l’écrit.
  • nombreuses ratures.
  • difficulté à la copie et à la prise de notes.
  • sauts de lignes en lecture.
  • difficulté à mémoriser des mots nouveaux.
  • persistance d’erreurs phonologiques et /ou visuelles en lecture et en orthographe: confusions, inversions, omissions, ajouts de phonèmes, mots pour un autre en lecture comme tigre pour lion.
  • lecture et écrits phonétiques après le CE2
  • à l’écrit, difficulté à individualiser les mots, fréquentes fautes d’usage.
  • difficulté à consolider son stock lexical.
  • difficulté pour classer, organiser, ranger.
  • difficulté pour transcrire ses idées.

 

 

Que faire ?

 

Devant les signes évoqués ci dessus, l’enseignant ou le parent inquiet peut demander un bilan auprès d’une orthophoniste. En cas d’hésitation, il peut demander un avis au médecin scolaire qui l’aidera dans le choix des bilans à demander. Un bilan orthoptique peut également être demandé en cas de difficulté noté lors de la copie et dans la stratégie visuelle. Ces bilans se font sur prescription médicale. Ils permettent le diagnostic de la dyslexie et précisent les troubles cognitifs sous jacents.

 

 

Comment faciliter le travail de l’enfant dyslexique en classe ?

 

  • encourager, valoriser
  • oraliser les consignes, lire les énoncés à l’ensemble de la classe, s’assurer que la consigne est comprise.
  • dissocier l’évaluation de l’orthographe et l’évaluation de la discipline, savoir ce que l’on évalue.
  • donner du temps supplémentaire (moins d’exercice ou plus de temps)
  • ne pas le faire lire à haute voix devant les autres, évaluation à part.
  • s’assurer que la prise de note est lisible sinon donner une photocopie du cours.
  • éviter les documents trop chargés car difficulté de repérage, d’organisation. mettre en relief, surligner, éviter de le faire copier, ne pas penser que recopier un mot va lui permettre de le mémoriser...

 

 

Mesures pour les examens :

 

Elles sont les mêmes que celle proposées précédemment. Il est nécessaire que l’élève ait eu ces aménagements au cours de l’année et ait pu s’entraîner dans les conditions de passations de l’épreuve pour que ces dernières soient bénéfiques. Ces aides n’en sont pas si on ne les a pas expérimentées auparavant. La prise en compte du handicap est nécessaire tout au long de la scolarité et non pas que lors des examens.

 

Les mesures sont différentes selon les candidats et à réfléchir avec l’élève, elles visent à contourner la gène liée à la lecture et l’écrit : Tiers temps, relecture des consignes, secrétaire ou utilisation de logiciel à reconnaissance vocale.

 

 

Les rééducations :

 

Orthophonique : en fonction du bilan, la rééducation vise à renforcer la voie de lecture déficiente et rendre plus pertinente la voie efficiente : la dyslexie phonologique n’aura donc pas la même prise en charge que la dyslexie de surface. Pour la première, on cherchera à entraîner la conscience phonologique, à améliorer la correspondance graphophonémique, pour la seconde on cherchera à améliorer la stratégie visuelle, à améliorer son stock lexical par d’autre façon d’indicer le mot….

 

Orthoptique : elle sera indiquée pour les dyslexies de surfaces ou mixtes afin d’améliorer leur stratégie visuelle.

 

 




Posté le Mardi 18 avril 2006 @ 08:58:44 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 


Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.1657 seconde(s)