APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
Document divers Psychologues et pédopsychiatres refusent la médicalisation du mal-être social

 

 

Le gouvernement prépare actuellement un plan de prévention de la délinquance qui prône notamment une détection très précoce des " troubles comportementaux " chez l’enfant, censés annoncer un parcours vers la délinquance". 

Il est rare que les spécialistes de l'enfance lancent un débat public.

Cette pétition, signée par près de 10 000 personnes, a été lancée à l'initiative de pédopsychiatres et de psychologues représentatifs (les présidents du syndicat national des médecins de PMI, de l'association des psychiatres de secteur infanto-juvénile, du syndicat des psychiatres français etc.), avec le soutien de Boris Cyrulnik. Elle dénonce une médicalisation des problèmes sociaux, introduite par le rapport Bénisti, par celui de l'Inserm et enfin dans le projet de loi sur la délinquance.



Les professionnels sont invités à repérer des facteurs de risque prénataux et périnataux, génétiques, environnementaux et liés au tempérament et à la personnalité. Pour exemple sont évoqués à propos de jeunes enfants " des traits de caractère tels que la froideur affective, la tendance à la manipulation, le cynisme " et la notion " d’héritabilité (génétique] du trouble des conduites ". Le rapport insiste sur le dépistage à 36 mois des signes suivants : " indocilité, hétéroagressivité, faible contrôle émotionnel, impulsivité, indice de moralité bas ", etc. Faudra-t-il aller dénicher à la crèche les voleurs de cubes ou les babilleurs mythomanes ? Devant ces symptômes, les enfants dépistés seraient soumis à une batterie de tests élaborés sur la base des théories de neuropsychologie comportementaliste qui permettent de repérer toute déviance à une norme établie selon les critères de la littérature scientifique anglo-saxonne. Avec une telle approche déterministe et suivant un implacable principe de linéarité, le moindre geste, les premières bêtises d’enfant risquent d’être interprétés comme l’expression d’une personnalité pathologique qu’il conviendrait de neutraliser au plus vite par une série de mesures associant rééducation et psychothérapie. A partir de six ans, l’administration de médicaments, psychostimulants et thymorégulateurs devrait permettre de venir à bout des plus récalcitrants".

 

Pour les signataires, "l’expertise de l’INSERM, en médicalisant à l’extrême des phénomènes d’ordre éducatif, psychologique et social, entretient la confusion entre malaise social et souffrance psychique, voire maladie héréditaire. En stigmatisant comme pathologique toute manifestation vive d’opposition inhérente au développement psychique de l’enfant, en isolant les symptômes de leur signification dans le parcours de chacun, en les considérant comme facteurs prédictifs de délinquance, l’abord du développement singulier de l’être humain est nié et la pensée soignante robotisée".

 

Les signataires refusent " la médicalisation ou la psychiatrisation de toute manifestation de mal-être social" et s'engagent à "préserver dans nos pratiques professionnelles et sociales la pluralité des approches dans les domaines médical, psychologique, social, éducatif… vis-à-vis des difficultés des enfants en prenant en compte la singularité de chacun au sein de son environnement".

 




Posté le Samedi 11 mars 2006 @ 11:50:13 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 


Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.0543 seconde(s)