APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
Témoignage Témoignage d'une étudiante en biologie

Visiteur écrit "

Un grand merci à Emeline pour son témoignage


Je m’appelle Emeline et j’ai 18 ans ½ et je suis dyslexique comme ma sœur jumelle et ma petite sœur de 16 ans.
J’ai parlé tôt, aucun problème, j’aimais bien aller à l’école et j’étais contente d’entrer au CP pour apprendre à lire et à écrire.
Le CP s’est bien passé, mais dès février mon institutrice a dit à ma mère que je mélangeais les sons et qui fallait faire un bilan orthophonique. Ce qui a été fait.
L’orthophoniste n’a rien trouvé.
Pourtant le CE1 a été difficile pour la lecture. Il y avait de plus en plus de mots que j’apprenais par cœur, et je lisais très doucement, je ne comprenais pas toujours du 1er coup ce que je lisais.
Un nouveau bilan orthophonique a donc été fait. Une dyslexie mixte moyenne+ a été diagnostiquée. Une prise en charge a donc été mise en place et j’allais une fois par semaine à Chambéry à 100 Km de chez moi (il n’y avait pas de place à St Jean de Maurienne chez les orthophonistes).


Ce suivi a été prolongé jusqu’en début de 4eme, avec un relai par une orthophoniste à St jean de Maurienne dès la 6eme. Cela m’a beaucoup aidé surtout pour les sons et l’écriture (méthode Messon Massony ) L’orthophoniste m’a bien expliqué mon problème et cela m’avait soulagée : Je n’étais pas nul !
J’ai suivi sans problème ma scolarité jusqu’en 4e, même si tous les soirs je passais énormément de temps sur mes devoirs.  Ma mère faisait le tour des professeurs pour essayer d’expliquer mes difficultés mais personne n’y prêtait  attention et les profs ne savaient pas ou ne voulaient pas savoir ce que c’était.
Je n’ai bénéficier d’aucune adaptation jusqu’en 3e. L’année a été très difficile pour moi comme pour ma sœur. Nous sommes restées dans la même classe jusqu ‘au brevet. On se soutenait.


Il y avait de plus en plus de lecture, de synthèses, de compréhension des textes et je n’y arrivais pas. Je perdais le moral, d’autant plus que certains profs n’hésitaient pas à m’humilier, à dire que je n’arriverais jamais à suivre un cursus scolaire normal. Je garde en souvenir  mon prof de français qui me faisait lire systématiquement, comme ma sœur, à haute voix devant toute la classe….
Maman s’est beaucoup battue, a demandé un 1/3 de temps que nous avons obtenu pour le brevet des collèges.
Merci à Mme le médecin de santé scolaire qui a eu une écoute et une aide irremplaçables et si précieuse pour moi.
J’ai bien entendue eu 0 à ma dictée (le 1/3 de temps était sur la dissertation et non la dictée) mais j’ai eu mon examen et j’ai pu passer en seconde contre l’avis de la moitié de mes profs. L’autre moitié me faisait confiance car je travaillait beaucoup et ils disaient que j’étais sérieuse.
 


Au Lycée : la tâche est encore plus ardue . Le travail est considérable. J’ai essayé de trouver des « trucs » pour m’en sortir : je faisais des fiches pour résumer mes cours,…
L’orientation proposé par les profs étaient une orientation technique alors qu’elle ne correspondait pas à ce que je voulais faire plus tard.
J’ai choisi de passer en 1e et de prendre par défaut S (maths). HORREUR ! S par défaut, S la filière des élites !!
Les profs m’ont dit que j’allais me « casser la gueule » que je n’étais pas faite pour des études…..
Devant ma détermination, soutenue par ma famille, je suis acceptée en 1eS, 1e que j’ai effectué avec la rage au ventre. «  Je leur prouverai que j’y arriverai. ».
Les cours sont rapides, les prises de notes difficiles pour moi, beaucoup de travail et de sacrifices.  Mon passage en terminale a pu se faire uniquement parce que ma famille a respecté mon choix et que c’est aux parents d’avoir le dernier mot sur un redoublement ou le passage en classe supérieure. Du moment que j’avais compris, pourquoi redoubler ? je ne lirai et je n’écrirais pas mieux !
 Je tiens à préciser que pendant toute ma scolarité j’ai toujours eu une moyenne générale au dessus de 11/20.Le sport, les maths, l’italien la biologie compensaient le français l’anglais l’histoire géo.

 

La terminale a été plus facile pour moi que le 1e même si je travaillais toujours beaucoup. Avec des « trucs », une méthode plus rodée, j’avançais mieux. Les appréciations sur mes bulletins trimestriels étaient très bonnes et mais mes moyennes plus mitigées (16 en biologie, 14 en maths, mais 6 en anglais et 7 en philo).
Heureusement que j’ai choisi la filière S !
Cette année de terminale a été surtout marqué par l’aide de mon prof de physique qui m’a toujours soutenue. Formidable. Il savait mettre en valeurs les qualités des élèves, qui n’hésitait pas a ré-expliquer de différentes manières ce que l’on n’avait pas compris.
Il m’a donné confiance en moi.
J’ai eu mon BAC avec oral, il me manquait 30 points.


Je suis maintenant en FAC de Biologie à Grenoble car les IUT ne m’ont pas acceptée, les notes rentrent en ligne de compte de façon  importantes pour la sélection. Certains IUT comme Montpellier ne tiennent compte que des notes.
Cela se passe bien. Dès le premier jour j’ai été surprise d’entendre que les dyslexiques sont pris en compte et appelés à se présenter au centre de santé pour avoir des adaptations.
Mon 1/3 temps m’est accordée pour tous les contrôles en plus des examens. Par contre la prise de notes est très difficile. Mes parents m’ont acheté un ordinateur pour que je puisse prendre les cours en ligne et les retravailler chez moi. Un dictaphone complète.
En FAC l’Education Nationale n’offre plus d’ordinateur aux élèves dyslexiques comme en primaire, au collège ou au lycée. Nous n’avons d’ailleurs jamais penser à en demander un.
 
Pour l’instant ce que je fais me plait. Je travaille mais j’y arrive. Plus d’anglais ! Peut être devrais je l’apprendre oralement « sur le tas », N’apprends t on pas notre langue maternelle d’abord oralement avant de passer à l’écrit ?!je ne perds pas espoir !
 
Par contre pour mes sœurs, l’incompréhension, les difficultés et  le combat continue. Ma jumelle a changé d’orientation elle passe un bac STTG( gestion) Ses résultats sont excellents, elle reprends tous ses cours le soir en faisant des fiches, des résumés…

Ma petite sœur, 16 ans, est en 1ere mais son handicap plus prononcé, son manque de confiance en elle , son stress la gênent beaucoup
Malgré la signature d’un PIS pour chacune,  certains professeurs ne mettent pas en place les adaptations, ni d’ailleurs le lycée lui même Pas de 1/3 de temps pour le bac blanc cette année, c’est trop difficile à organiser paraît-il. !!
Les élèves ne peuvent pas se mettre en condition d’examen.
Ma petite sœur vient de se faire traiter de « demeurée » par un professeur qui ne croît pas à son handicap et qui pense qu’elle ne travaille pas assez. Peut-être faut-il prouver que l’on est méritante  pour obtenir les adaptations qui permettent de compenser un handicap. ?
 
Beaucoup de travail reste à faire même si j’ai pu constater qu’il y a eu de gros progrès depuis ces dernières années.
Je tiens également a préciser que , malgré la réprobation de certaines personnes ;«  tu ferais mieux de passer ton temps a tes devoirs !! », « tu dois faire des choix Emeline, l’école est prioritaire »… j’ai toujours continué a faire des activités extra-scolaires : du cheval et du basket de la musique du ski. C’est ma soupape. Je me défoule ,je réussis, l’école n’est plus le centre du monde, c’est important pour garder le moral.
 
Avec de l’énergie, de la volonté, du travail et un entourage aidant et compréhensif  les enfants dys peuvent arriver à mener à bien leur projet, a être des enfants puis des adultes comme les autres.
 
Emeline



"
Posté le Lundi 12 décembre 2005 @ 09:34:00 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 

Anonyme
4305       

Anonyme
  Posté : 12-12-2005 10:10

Bravo Emeline,
j'aimerais donner votre témoignage lors de la formation IUFM sur la dyslexie où j'interviens ; continuer de vous battre et essayons, ensemble, de faire que les enseignants "intolérants" apprennent à le devenir et surtout qu'ils vous respectent dans vos droits et votre dignité.
Dworczak Fabien

Anonyme
4305       

Anonyme
  Posté : 13-12-2005 16:51

bravo et continuez dans votre combat. Félicitations aussi à vos parents. c'est un combat de tous les jours pour l'enfant et les parents.
Il est vraiment important que nous soyons là pour vous soutenir au près de certains professeurs.
Je suis maman d'un enfant dyslexique et je me suis aperçue, qu'il n'était pas toujours évident de faire comprendre les difficultés que vous pouvez rencontrer.
Je vous souhaite beaucoup de courage et une très bonne continuation dans vos études.
Valérie rollin

Anonyme
4305       

Anonyme
  Posté : 12-01-2006 16:30

Bravo pour votre courage...
^Nous avons également 2 fils dont un est dyslexique, il souffre tous les jours - il a 16 ans - en 2ème dans un lycée international - au mois d'août, il partira en Finlande - pour essayer ....car il est finlandais.
Nous aimerions tellement qu'il puisse réussir - il est attiré par la nature et ne parle que de forêts.

je vais lui demander de lire votre témoignage pour lui donner aussi du courage afin qu'il comprenne qu'il n'est pas seul.
martine

Anonyme
4305       

Anonyme
  Posté : 01-02-2006 11:41

Maman d'un garçon de 12ans dyslexique,aprés avoir lu votre témoignage je garde mon optimisme pour ces etudes car en effet souhaite se diriger dans une carriere militaire(officier de la marine)Je ne sais pas si nous trouverons la compréhension et la tolerance nécéssaire pour aboutir à son projet ,mais je ferai en sorte de l'aider au mieux,l'encourager,l'accompagner ds sa démarche.
A ce jour,beaucoup de travail reste à faire pour faire admettre aux corps enseignant que mon fils n'est pas feignant:de la prof principal j'ai entendu la phrase suivante:"sa dyslexie n'est pas la raison de ses oublis,du manque de travail".

Anonyme
4305       

Anonyme
  Posté : 22-03-2006 15:21

Bonjour
Je m'appelle sophie j'ai 25 ans et je suis dyslexique, j'ai ete diagnostiqué quand j'avais 7 ans.
Je me retrouve complétement dans le témoignage d'Emeline.
En effet apres avoir vecu la galére au primaire,au collége et au lycée j'ai quand meme passé un bac scientifique.J'ai ete suivie par une ortophoniste pendant environ 10 ans et j'y suis retourné réçamant pour m'aider dans mes études superieurs.

J'ai eu moi aussi des difficultés à rentrer en 1ere s, pour mes profs de colléges je n'y avais pas ma place.
J'ai également ete refusé en IUT et BTS.Je suis donc allé à la fac.

J'en veus surtout aux nombreux prof et instit qui n'ont pas compris mon endicap et qui m'on dit d'aller me faire soigner!! (remarque tres aimable d'un prof d'histoir geo).

Aujourd'hui j'ai un DEUG de Biochimie et je suis en Licence Professionnelle.
Mon parcour n'a pas ete facile mais j'ai des parents qui mon beaucoup aidé dans ma scolarité, ils sont souvent intervenu en ma faveur aupres des professeurs.Sans eux je ne serais pas arrivé jusqu'a la.

Je souhaite surtout que l'education national imforme mieux les futurs enseignants sur ce probléme,et également qu'il soit pris en compte lorsque l'on veut rentrer dans des écoles superrieur ou des BTS, IUT etc...


Je souhaite bon courage à Emeline pour ces études et j'espere que mon temoignage la motivera à continuer.



Aller à la page : [ 1 | 2 ]
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.1306 seconde(s)