APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
Revue de presse Jean-Louis Borloo lance son programme de réussite éducative

 

C'est l'un des dispositifs-phares du plan de cohésion sociale.

Les ministres Jean-Louis Borloo (Cohésion sociale) et Catherine Vautrin (Parité) feront le point prochainement en conseil des ministres sur le programme de réussite éducative, dont l'ambition est de constituer 750 équipes chargées de soutenir les enfants en difficulté.

Ce programme de 1,47 milliard d'euros d'ici 2009 débute dès cette rentrée scolaire, avec quelque 200 équipes mises en place dans 185 communes sur l'ensemble du territoire.



 

Inspiré de programmes similaires menés en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, ce dispositif vise à accompagner dès la maternelle et jusqu'à la fin de leur scolarité les enfants et adolescents fragiles en raison de difficultés éprouvées par leurs parents (grande précarité, logement insalubre, absence de maîtrise de la langue française...).


A tous, des "équipes de réussite éducative" proposeront un accompagnement individuel en liaison avec les familles.

Créées à l'initiative des chefs d'établissement ou des communes, ces équipes réuniront les professionnels de l'enfance (enseignants, éducateurs, animateurs, travailleurs sociaux, psychologues, pédopsychiatres, kinésithérapeutes, orthophonistes).


"On ne se substitue pas à l'Education nationale."

Ce n'est pas un programme de soutien scolaire. L'essentiel, c'est le soutien de la famille autant que le soutien de l'enfant", a expliqué mercredi Jean-Louis Borloo.


Afin de mettre en place ces équipes, le ministère de la Cohésion sociale a lancé un appel à projets auprès des acteurs locaux.

Quelques 200 initiatives ont été validées par la délégation interministérielle à la Ville pour la rentrée 2005, portant sur des sujets aussi divers que la lutte contre l'illettrisme à Vaulx-en-Velin, la prévention de la dyslexie-dysphasie à Nancy ou de l'obésité à Gennevilliers.

Le ministère a débloqué 31 millions d'euros de crédits pour le démarrage du programme.


Ces 200 projets montrent que le programme "répond à une demande très forte", se réjouit M. Borloo.

"On sera à 700 équipes à la fin de l'année", affirme le ministre de la Cohésion sociale, qui voit dans ce dispositif "un des programmes les plus importants" de son plan pour réduire en cinq ans la fracture sociale.


A l'image des 19 autres programmes du plan de cohésion sociale, le dispositif de réussite éducative repose sur un "contrat de confiance" avec les acteurs locaux.


L'utilisation des crédits sera contrôlée a posteriori.

"On est dans l'expérimental", a reconnu M. Borloo.

Le financement du programme a été conçu sur la base de 500.000 euros par équipe et par an, soit 375 millions d'euros en année pleine.

"C'est deux fois plus que ce que le gouvernement Jospin mettait sur l'ensemble de la politique de la ville", calcule le ministre de la Cohésion sociale.


Le programme de réussite éducative sera complété au niveau du collège par la création d'une trentaine d'internats de réussite éducative, dont cinq verront le jour cette année.


Les grandes écoles et universités sont par ailleurs invitées à multiplier les programmes pour favoriser l'accès à l'enseignement supérieur des lycéens issus des quartiers en difficulté, sur le modèle de l'expérience "pourquoi pas moi?" de l'Essec.

L'Ecole Polytechnique va accueillir à la rentrée vingt lycéens de l'Essonne pour des séances de tutorat.




Posté le Lundi 12 septembre 2005 @ 09:57:40 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 


Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.0381 seconde(s)